LETTRE OUVERTE D’UN CITOYEN MAGHREBIN…

                     LETTRE OUVERTE D’UN CITOYEN MAGHREBIN 

                                                                                      M.LE SECRETAIRE GENERAL DE L”U.M.A.                                                                                                                                                                                                  

       Après de longues et pénibles années d’attente de tous les peuples de la région, le train du Maghreb n’a toujours pas sifflé ses premiers coups solennels de départ. Panne mécanique des machines ? Ratés fréquents des moteurs ? Matériels périmés , défectueux ? Ou plutôt  cela  serait dû à l’état  lamentable ,  précaire , des lignes de chemin de fer ?

Dans tous les cas, tout nous  autorise à croire que le départ de L’Express Transmaghrébin, n’aura pas lieu ni aujourd’hui, ni dans un futur proche, hélas. !

       A ce sujet, permettez – moi, M. Le Secrétaire Général, ère de démocratie transparente oblige, de vous faire part de ma profonde préoccupation, de ma vive inquiétude, et par voie de conséquence, de mon indescriptible déception. Je ressens, au fond de moi, un goût d’amertume insupportable, accompagné démesurément d’une envie terrifiante de rejeter de mon cœur meurtri de blessures , ce qui me reste d’amour, d’affection, de respect, pour  l’histoire de cette Afrique du nord, que tout le monde autour d’un plat de couscous,                                                   d’un méchoui, d’un feu de cendres, n’a jamais  cessé d’immortaliser inconditionnellement.

        Ma douleur aurait été moins accablante, si vous  aviez tenté ,une fois, de déclarer que le train maghrébin «  peut-être  » ne partirait pas tant que de  grandes puissances étrangères gardent leur main mise sur le passé, le présent, le futur, socio-économico- politiques, sur le destin des pays dits anciennement colonisés.

        Combien furent grandes ma stupéfaction, ma consternation, ma colère enfin, lorsque vous annonciez à maintes occasions, que les états du Maghreb feraient bien de réaliser leur union pour mieux relever les défis  de tous genres qui entravent leur développement ! Vous parlez comme si ces états tiennent effectivement leurs destins entre leurs mains, et qu’il leur est aisé de décider librement du devenir, de l’avenir de leurs populations  et de la région toute entière.

          Vous semblez ; par ailleurs oublier ou ignorer, ou  minimiser leurs profondes divergences de points de vue, sur l’ensemble des conflits et des problèmes  internationaux. Ce n’est un secret pour personne, si l’on énumère les différences d’appréciation ,de prises .de positions souvent diamétralement opposées : la  situation au moyen orient, en Irak, en Afghanistan., la tension grandissante entre l’Iran et l’occident…etc.

Il en est de même pour ce qui est des points chauds ,ou de ceux qui seraient en train de le devenir en Afrique : la situation aux 3 S à savoir
la Somalie, le Sahel, le Sahara, par exemple.

De surcroît, M..Le Secrétaire Général, et comme  un malheur n’arrive jamais seul, les états du Maghreb subissent frontalement, de par leur situation géographique, les conséquences humaines et économiques de l’émigration clandestine  pour une destination inconnue de l’autre côté de la méditerranée. Mais la liste des catastrophes  diverses, ne pèse en rien ,face à des égoismes chroniques qui ne s’arrêtent point de se développer.

          Grandes, enfin, sont les émotions des populations, qui ne comprennent rien en quoi le projet  de l’U.P.M. les intéresserait directement ou indirectement. Ce qui n’est pas le cas, semble-t-il, ni des Commandants du Maghreb , ni de vos instances, qui rêvent plutôt, en attendant le train Godo, d’un chalutier toujours prêt à lharga vers l’autre rive. Le prétexte du Sahara tant évoqué pour être invoqué, comme vous  le savez, M. Le S.G. de l’U.M.A ,est trop facile à avancer. Je vous suggère alors, si vous me le permettez, au nom des valeurs universelles que nous partageons, de chercher ailleurs, bien ailleurs. !

           Veuillez accepter M. l’expression sincère de mon profond respect./.

  DE VIVE VOIX : Mohammed  ESSAHLAOUI

  

Laisser un commentaire