LE GRAND MAGHREB ATTEND TOUJOURS SON VISA… !

          LE GRAND MAGHREB ATTEND TOUJOURS SON VISA… ! 

    D’éminents analystes, spécialistes des questions du Grand Maghreb, s’interrogent, non sans peine, sur les causes réelles du retard, désormais inquiétant, de la concrétisation du projet Maghrébin. 

   Jusqu’ici, ils se rabattaient facilement sur la piste, qui leur paraissait la plus plausible, en l’occurrence, celle de l’affaire épineuse du Sahara. 

   Dans la foulée, ils invoquaient au conditionnel, certaines des raisons objectives ou subjectives, qui pousseraient les uns ou les autres à bloquer systématiquement, toute initiative de résolution qui pourrait, autant que faire se pourrait, sortir le dossier du statuquo où il gisait depuis 1975. 

    Parmi ces éminents politologues, surgissaient ceux qui voulaient s’ingénier à montrer du doigt, selon des occasions, Le Maroc ou  L’Algérie, en se référant, encore une fois facilement, à la guerre des sables de 1963. 

     D’autres, par excès de zèle intentionné, avaient opté, sans hésiter, pour une approche des plus globales intégrant le sort du Grand Maghreb dans celui, plus vaste, du moyen orient, compte tenu des divergences de  positions des uns et des autres, concernant les foyers de tension qui secouent le monde arabo- musulman. 

      Ainsi, il aura fallu que le projet U.P.M., soit proposé de l’autre côté de
la Méditerranée,  par son auteur M. Sarkozy, pour que tous les observateurs internationaux, comprennent enfin, que le destin du projet du Grand Maghreb, ne dépendait point exclusivement de la bonne volonté ni du bon vouloir de ses dirigeants. 

        On aura bien reçu le message « nordiste » : toute création d’une quelconque entité régionale en Afrique du Nord, devrait au préalable, recevoir la bénédiction et l’accord explicite des grandes puissances occidentales : on appelle cela, en géopolitique, le critère de conditionnalité.       Entendons par cela, que les états maghrébins se devraient, impérativement, de s’engager explicitement à prendre toutes les dispositions nécessaires et suffisantes susceptibles de 

1/Stopper le flux migratoire, en direction du continent européen.  2/Sécuriser leurs frontières du sud, proches du couloir du Sahel. 3/Sécuriser l’approvisionnement de l’Europe en richesses naturelles.   

4/Contribuer à trouver une solution au conflit Israélo- Palestinien.

5/Contribuer à la concrétisation et à la réussite du projet de l’U.P.M. /. DE VIVE VOIX : Mohammed ESSAHLAOUI                                                                                                                                                                                                                                                                                                                            

Laisser un commentaire