TUNISIE : DEUX JOURS APRES L’EUPHORIE… ?

           TUNISIE : DEUX JOURS APRES L’EUPHORIE… ?  Les sœurs et frères Tunisiens ont tout le droit et le mérite d’avoir intelligemment et courageusement résisté à la féroce répression policière, des différents corps d’élites surarmées d’une dictature fortement et sauvagement enracinée, grâce au concours de mercenaires opportunistes tant de l’intérieur que de l’extérieur. 

Nous n’avons pas de conseils à donner à nos concitoyens Tunisiens du Grand Maghreb, quand bien-même le pourrions-nous. 

  Néanmoins, nous souhaiterions participer à la réflexion qui a accompagné  leur action téméraire et lucide durant les longues et pénibles années de souffrances, de résistances, et qui se poursuit à tous les niveaux de responsabilités d’encadrements populaires. 

Si la chute du dictateur Ben ALI, ne fait aucun doute, celle de la dictature, par contre exige davantage de réflexion et de méditation appropriée. 

Il s’agit d’un puzzle complexe, d’un ensemble de composantes, de constituants…. Le régime lui-même, après plus de vingt trois longues années et quatre semaines, demeure encore verrouillé, selon des scénarios pluridimensionnels, en amont et en aval. 

Les spécialistes du domaine utilisent le concept de « séquelles », concept qui couvre différents aspects immédiats évolutifs et secondaires, d’un fait pathologique déterminé. Nous préférons parler plus simplement et directement de l’après B.A. le dictateur avéré et confirmé jusqu’à sa dernière minute tyrannique. 

Nous aurions tant aimé ne pas faire allusion à la formule d’un grand et célèbre penseur : « les savants produisent des idées révolutionnaires, les peuples meurent pour de telles idées, les…..en récoltent opportunément les fruits. »(No comment please.) 

Le dictateur B.A., à ne pas oublier, s’était consacré et attelé durant toute sa dictature, à amputer, à déstructurer, à détruire toute opposition à son système maladif. Il a dénaturé, défiguré, dénigré, dévalorisé, toute tentative/tentation d’opposition, au profit d’un seul et unique parti : le sien ! 

Nous faisons, cependant, grande confiance, en tant que concitoyens du Grand Maghreb intéressés et concernés, au génie créatif du grand peuple tunisien frère, à la formation académique et expérientielle de ses intellectuels, et à toutes les forces dynamiques et vivantes pour que
LA TUNISIE concrétise et réalise ses vœux les plus chers, en pleine harmonie avec ses idéaux fondamentaux, et ses lourds sacrifices pour la dignité humaine. 

Que VIVE
LA TUNISIE qui ne s’est jamais agenouillée. 
Que VIVE LE CHER PEUPLE DELA TUNISIE ALHABIBA !/. 

 DE VIVE VOIX : Mohammed ESSAHLAOUI 

Laisser un commentaire