TUNISIE : APRES LA CHUTE DU DICTATEUR B.A…!

             TUNISIE : APRESLA CHUTE DU DICTATEUR B.A. 

                         DE
LA REVOLTE, A
LA REVOLUTION… ! 

  Oui, sans le moindre doute, les Tunisiens ne se sont pas uniquement révoltés pour se libérer                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                     débarrasser du  grand dictateur B.A., syndrome confirmé d’un mal rongeur des âmes, des esprits, des corps. 

Ils ne se sont pas, non plus, sacrifiés, pour le seul but de balayer l’ère de l’ignominie, de purifier l’air de la sainte Carthage, de nettoyer les terroirs pollués par les actes et les odeurs nauséabondes de l’abominable pécheur condamné à jamais pour atteinte aux valeurs universelles de Dignité, de Démocratie, de Divinité. 

Ils ont horriblement, et inhumainement souffert pendant de longues décennies, en attendant patiemment, en se préparant judicieusement, à leur prestigieux rendez-vous avec l’Histoire, pour se libérer du joug étrangleur de Ben Ali et de tout ce qu’il 

 incarnait comme haine et infamie.   

 Les révoltes spontanées et soutenues auront contribué à apprécier plus objectivement et plus rigoureusement la situation, et faire l’état des lieux : c’est désormais chose faite. 

Les désastres causés par le tsunami B.A. auront été plus ravageurs, plus dévastateurs, qu’on le croyait. Des taupes humaines, il y en avait/et il y en a partout, dans chaque administration, dans chaque institution, dans chaque coin de rue. 

Le redressement de l’après séisme nécessite une véritable révolution, en profondeur, dans tous les domaines de la vie des Tunisiennes et des Tunisiens, afin que soient définitivement extirpées les racines tentaculaires du mal benalien.   

Le chemin du redressement s’avère  long et  parsemé d’embûches de tous genres. D’où le besoin impérieux  d’opérer des choix, de marcher/avancer/progresser avec clairvoyance, en évitant les pièges dressés par le dictateur. 

Sans plus attendre, il urge absolument de répondre à des questions, à des attentes, à des préoccupations du genre : QUE VEUT EXACTEMENT LE PEUPLE TUNISIEN ? QUELS SONT SES CHOIX PRIORITAIRES ? COMMENT ENVISAGE-T-IL L’AVENIR ? 

QUI FAIT QUOI ? COMMENT AVANCER TOUT EN RECTIFIANT LES HABITUDES DE L’ERE ANTERIEURE ? IL EN EST DE MEME POURLA POLITIQUE ETRANGERE, QUE CERTAINES PUISSANCES OBSERVENT AVEC CONVOITISE OU PATERNALISME…/. 

DE VIVE VOIX : Mohammed ESSAHLAOUIU 

Laisser un commentaire