Archive pour mars 2011

IL N’EST PLUS PERMIS DE SE TAIRE… !

Mardi 1 mars 2011

                           IL N’EST PLUS PERMIS DE SE TAIRE… ! 

     La société marocaine, dans sa grande majorité, faut-il le rappeler, mène une vie indigne, au vu et au su des gouvernements qui passent et se succèdent, sans que la moindre petite lueur d’espoir, ou de mirage accrocheur, ne paraisse aux horizons d’un Maroc pourtant prometteur.     

Il ne s’agit nullement de propager  de faux désespoirs, ni de faux mirages. ! Nous avons assez des falsifications, des manigances, des mensonges, des propagandes mélioratives d’une situation intenable, désormais intolérable. 

Les citoyennes et les citoyens marocains, n’en peuvent plus. Il n’est plus acceptable que l’on continue à nous berner, à nous mener en bateau, au moyen de fausses argumentations, telles que : notre pays n’a pas pléthore de richesses naturelles. Il n’exporte pas de pétrole, ni de gaz. Il a une chance inouïe de jouir de grandes potentialités touristiques, toutefois il ne peut se permettre de vivre au dessus de ses moyens. ! 

Non !!! MM. les hauts responsables, votre argumentaire ne tient pas debout. Selon des statistiques dressées au Maroc, même, notre pays  pourrait nourrir,  dignement, le double de sa population  actuelle. ! 

Où réside alors le problème ? Comment expliquer que la pauvreté gagne de plus en plus de terrain : des populations de régions entières souffrent de sous alimentation, de précarité indescriptible, de carences sur tous les plans. Dieu soit loué, des caravanes, des associations bénévoles, sillonnent, autant que faire se peut, des routes difficiles pour apporter aide et  secours aux habitants les plus démunis. 

Nos maux, nos affres, nos déboires, vont en s’accumulant, en s’aggravant ; il n’est plus question de pauvreté passagère, mais de crimes caractérisés d’appauvrissement systématique de régions au profit d’autres. 

Nous dépendons entièrement  du bon vouloir de la pluviométrie, nous dit-on ! Mais ce qu’on nous cache, c’est que nous dépendons entièrement  des multinationales, d’un capitalisme effréné, nous sommes surexploités  par des richissimes, sans conscience humaine. 

Trêve de manipulations abjectes, d’instrumentalisations saugrenues, de démagogies outrancières. Notre pays a besoin d’être sauvé de l’abîme, dans lequel certains opportunistes, certains arrivistes aux intérêts antinationaux, s’activent à l’y engouffrer. 

Si le Maroc continue à supporter le poids et la voix des plus forts, des plus riches, des plus chanceux, des plus pistonnés ; si notre pays continue à vivre avec les miettes des multinationales ; si notre pays continue à être la proie facile de prédateurs cupides et insatiables ; si notre économie n’est pas justement redressée ; si les richesses de notre cher pays continuent à être pillées, saccagées, par des multinationales et leurs mercenaires et valets, notre cher Maroc sera menacé de ruines et de malheurs. 

Les maux chroniques dont souffre le Maroc, sont connus, identifiés, localisés par les hauts  responsables du pays .Ce sont des malversations financières, économiques, des injustices flagrantes, des inégalités de chances, une paupérisation impitoyable, une gestion fortement lacunaire de la chose locale, régionale, et nationale. 

                                                                                                                                                                                                                                                           Il est temps de lancer une panoplie de chantiers populaires, auxquels participeraient toutes les citoyennes et tous les citoyens : de véritables « chantiers d’assainissement » des plus rigoureux des différents secteurs socioéconomiques, sociopolitiques, socioculturels, socioéducatifs, entre autres. 

Face à une gestion des affaires publiques, qui laisse à désirer, il n’est plus permis de se terrer et de se taire./. DE VIVE VOIX : Mohammed ESSAHLAOUI 

123