MAROC / EDUCATION

                           MAROC                /                     EDUCATION   ENTRE
LA FERMETE ET
LA SOUPLESSE, LES HAUTS RESPONSABLES 

                             SEMBLENT CHOISIR LE LAXISME… ! 

Il est toujours difficile de faire des choix entre différentes approches éducationnelles, d’autant plus que les courants de spécialités foisonnent, dans un monde qui connaît un développement, le plus souvent hybride et déséquilibré, essentiellement dans tout ce qui concerne les disciplines dites affluentes. 

Un tel état des lieux, connaît une réelle disparité, quoique relativement maîtrisée dans les domaines pédagogiques et didactiques, pour des raisons d’ordre épistémologique compréhensible. 

Désormais, la pédagogie ne navigue plus seule. Des cloisons tombent de plus en plus, pour un meilleur équilibrage avec les sciences de l’éducation dont l’apport n’a guère besoin d’être démontré ni éprouvé. On s’intéresse nécessairement à la psychologie de l’enfant, à celles de l’adolescent et de l’adulte. L’accent est souvent mis sur le bien fondé des pédagogies différenciées et différentielles, compte tenu de la diversité des personnalités, des caractères, des comportements des étudiants. 

Comment faire pour intéresser chaque étudiant, en fonction de ses capacités cognitives, de ses possibilités de rétention, de réaction, de ses moyens d’intégration aux groupes, condition sine qua non pour une meilleure socialisation, à court, à moyen et à long terme ? 

Si l’éducation programmée se trouve ainsi renforcée par l’apport certain et consistant des sciences affluentes et non simplement complémentaires, sur le plan des contenus, ce n’est pas forcément le cas pour ce qui est de l’autonomisation, de la responsabilisation, je dirais d’une plus grande prise en charge personnelle des étudiants. 

Tout observateur intéressé ou concerné, pourrait constater aisément les tâtonnements, les hésitations, les approximations avec lesquels on construit les différents discours dialogiques à destination des publics étudiants. Des confusions excessivement dangereuses sont d’une manière inquiétante relevées spécialement dans ce qui s’appelle communément : être responsable de sa propre éducation. 

Il est vrai que l’éducation de différents publics, n’admet plus l’existence de cloisons étanches entre ses différentes composantes sociales, culturelles, économiques, politiques(…), mais il est aussi vrai, que le souci d’ouvrir les espaces éducatifs sur les milieux sociaux ambiants, ne devrait pas se satisfaire d’une manière anarchique , touche-à-tout sans réel progrès, ni véritable intérêt. 

Il s’agit donc de clarifier les règles du jeu, et cela relève des prérogatives  des  hauts responsables de l’éducation. Leur rôle essentiel et primordial consiste avant tout à veiller sur la discipline de l’éducation, la responsabilisation, le respect des devoirs, en harmonie avec les droits, la volonté de progresser, celle de réussir, de mériter le succès. 

Ce n’est pas en optant pour un relâchement quasi généralisé, que les hauts responsables parviendront à développer la culture de la communication régulée, celle du dialogue responsable. Le devoir premier de l’état est de favoriser une formation de qualité supérieure, en évitant les dérapages, les ambiguités de principes, 

Autant il importe de s’ouvrir sur le milieu socio culturel le plus large possible, autant il serait impérieux de se consacrer et de consacrer ses efforts à la maîtrise des Sciences et des Savoirs : ce devraient être là, en premier, le véritable enjeu, le véritable pari, 

le véritable défi de l’éducation, au Maroc !/. DE VIVE VOIX : Mohammed ESSAHLAOUI 

                                                                                                                                                                                                                                                                                           

3 Réponses à “MAROC / EDUCATION”

  1. alombredetahahussein dit :

    Je viens juste de prendre connaissance de votre blog, j’apprécie vos analyses et surtout vous avez le don de choisir les thèmes qui font l’actualité de ce Maroc qui bouge…Vous avez raison de stigmatiser les méthodes utilisées aujourd’hui par les responsables de ce secteur qui continuent de tergiverser (50 ans après l’indépendance) sur le choix des disciplines, des pédagogies, des politiques ou des « approches éducationnelles »…alors que nous sommes au bord du gouffre! L’Education Nationale ne sortira pas de la crise qui la caractérise, (plus spécialement aujourd’hui qu’ au lendemain de l’indépendnce!) si elle n’a pas accompli une véritable Révolution (en prenant en compte tout l’effort financier qui en découlera) pour reconstituer de fond en comble le tissu éducatif du Pays: cela commence par « former » un nouveau corps d »enseignants (dignes de ce nom!) d’abord pour l’enseignement de base qui restera toujours le Primaire. Ensuite restaurer (dans certains cas) ou construire à neuf (dans la majorité des cas) de nouveaux établissements scolaires (dignes de ce nom: c-à-d- avec des équipements modernes et accueillants pour permettre aux élèves et aux enseignants de travailler dans des espaces qui respirent la « commodité »dans le sens large du terme. Enfin programmer un enseignement de qualité, inspiré des meilleures pédagogies pratiquées dans les pays avec lesquels nous avons des accords de parténariats (et qui sont prets à nous aider si on le leur demande!). Une fois ce premier convoi du « train » est mis en marche, la « locomotive » suivra sans souci… C’est cela mon humble opinion.

  2. écrit: 10 mai, 2011 à 1:17 e
    Merci infiniment pour vos aimables commentaires si encourageants.!
    Vous avez très bien cerné la problématique de l’éducation au Maroc.Tant que les décideurs persistent dans leurs attitudes démagogiques,avec des analyses sclérosées et des discours pervers de politique boîteuse,l’éducation nationale souffrira d’apories et de carences sur tous les plans.
    C’estdonc, avant tout et surtout, une question de choix et de décisions hautement responsables.!
    Bien cordialement.
    DE VIVE VOIX:Mohammed ESSAHLAOUI

    Dernière publication sur En Parler-EN PARLER_DE VIVE VOIX : ! L’ECOLE N’APPREND PAS A ECRIRE, MEME SI ELLE Y CONTRIBUE !

  3. Cory dit :

    J’aime vraiment votre article. J’ai essaye de trouver de nombreux en ligne et trouver le v?tre pour ¨ºtre la meilleure de toutes.

    Mon francais n’est pas tres bon, je suis de l’Allemagne.

    Mon blog:
    specialiste rachat credit aussi Rachat de Credit proprietaire

Laisser un commentaire