DU GOLFE A L’ATLANTIQUE, LE PROJET SURPRISE DU SIECLE… !

         DU GOLFE A L’ATLANTIQUE, LE PROJET SURPRISE DU SIECLE… ! 

   L’histoire se fait, se défait, et se refait, dans un monde profondément déstabilisé par les effets d’un nombre effrayant de conflits ouverts ou de crises hypocritement larvées, entre des pays que rien ne permet de s’unir, sous quels prétextes que ce soient. 

De nombreuses tentatives de rapprochements, sincères  ou dictées le plus souvent par des humeurs de paranoïa, des envies d’une gourmandise, le moins que l’on puisse dire pathologiquement insatiables, étaient restées vaines. 

Depuis toujours, des états arabo-musulmans s’adonnent à des acrobaties, des roulades, qui finissent, dans la plupart des cas, par des ruades irrémédiablement incorrigibles. 

Tout se passait selon le même scénario : chaque fois que deux états arabes décidaient de sceller un pacte d’union, soit disant pour l’intérêt des peuples frères ou des entités sœurs, leur mascarade de prédilection se terminaient fatalement par un dangereux effet de boomerang aux conséquences des plus dévastatrices. 

Aujourd’hui, les peuples arabo-musulmans se doivent d’être fiers, vu que leurs Etats ont battu tous les records d’unions et de divorces, en se dopant systématiquement au moyen d’une drogue idéologique de nature extra performante. 

Pour ne pas frustrer certaines susceptibilités, nous nous garderons bien de citer, explicitement, des exemples de désunions sans appels qu’a connues le monde arabe depuis son existence sur cette planète. 

Cette fois-ci, il serait fort probable que ce soit la bonne, selon les dires de certains responsables de pays du Golfe. Il est question que les monarchies du Golfe, auraient pris la surprenante décision de négocier des accords de partenariats privilégiés  et durables ( dont les termes seront précisés ultérieurement) avec les deux autres monarchies arabes :
la Jordanie et le Maroc . 

Nous allons tenter de comprendre, autant que faire ce peut, les raisons  possibles et plausibles d’un tel caprice d’ouverture des Etats du Golfe sur  d’autres Etats arabes situés géographiquement hors de la zone d’Aljazira Alâarabia. 

Précisons de prime abord que selon des sources officielles, contrairement au Royaume Hachémite de Jordanie, le Royaume Chérifien du Maroc n’avait pas adressé de demande dans ce sens. Il s’est engagé cependant à discuter avec ses généreux Hôtes les modalités des accords précités, en tenant par la même occasion, à réaffirmes son attachement naturel, historique, et irréversible à l’Union du Grand Maghreb. Mais quelles seraient les motivations profondes ou de surface des Etats Arabes du Golfe, entendons par là les critères qui auraient présidé au choix du Maroc et de
la Jordanie ; pourquoi ces deux pays et pourquoi pas d’autres ? 

Il va sans dire que  la première question qu’il urgerait de poser avant tout serait la suivante : pourquoi maintenant, et pourquoi pas avant, ou après ? 

Si l’on se réfère aux agendas des révolutions arabes, on constatera, sans peine, qu’il y a (du moins, pour le moment !) un net évitement de pays proches tels que
la Syrie, l’Irak, l’Egypte, et le Yémen, pour des raisons d’instabilité politique avant tout. 

Changeons maintenant de cap : les derniers accords de réconciliation inter palestinienne signés par le Fath et le Hamas, sous l’égide et avec le parrainage du Haut Conseil Militaire Egyptien, auraient-ils pris au dépourvu certains Etats Arabes du Golfe ? 

Ou alors, seraient-ce les déclarations et les positions des responsables égyptiens au sujet  d’un éventuel réchauffement des relations avec Téhéran, qui auraient piqué au vif  l’amour propre des Etats arabes du Golfe ? 

Tout porte à croire, que l’on s’achemine sûrement et lentement vers une redistribution, par qui de droit, de cartes de confiance et de reconnaissance, au groupe de pays dits modérés, désormais constitué par les Etats Arabes du Golfe joignables par
la Jordanie et le Maroc, suite à de laborieuses négociations, mais fort prometteuses pour les futurs membres du nouveau Conseil du Golfe et rassurantes pour tous les partenaires. 

Selon un tel scénario, Israël et les grandes puissances occidentales dont
la France et les USA, respireraient mieux de l’air frais, après qu’ils eurent poussé un grand ouf de soulagement  qui commençait déjà à se faire tant désirer. /.. 

Si l’on comprenait davantage les dessous et les intentions des uns et des autres, on comprendrait mieux qui d’entre ces Etats aurait le plus besoin des autres. !!! 

DE VIVE VOIX : Mohammed ESSAHLAOUI 

Laisser un commentaire