REGARD SUR LA RECONCILIATION INTER-PALESTINIENNE(2)

REGARD  SUR 
LA  RECONCILIATION  INTER-PALESTINIENNE(2) 
          (A la mémoire des Chouhadas et des Martyrs de
la NEKBA) 

    Les observateurs et analystes internationaux se rejoignent pour émettre des réserves, et pas des moindres, au sujet de  la réconciliation des différentes factions palestiniennes, scellée tout récemment, au Caire, sous l’égide du Haut Conseil Militaire Egyptien. 

Certains sont allés très loin, jusqu’à faire allusion à des pierres d’achoppement de dernière minute, qui auraient failli tout remettre en question, et ce de l’avis même de responsables influents dont Khaled Machâal, et Mahmoud Abbas. 

Quant au mouvement du Jihad Islamique, il a laissé entendre, par son porte parole qu’il bénissait une telle réconciliation pourvu que soient respectées sur le terrain, les aspirations fondamentales de tout le peuple palestinien. 

Les stratégies des compromis n’ont jamais abouti, dans le passé, à une entente durable, vu que des points de discordes majeures ont souvent été soit abordés superficiellement, soit tout simplement évités. 

Car ce qui sépare le Fath et le Hamas, faudrait-il le rappeler, ce sont bien les  approches  des aspects fondamentaux de la question palestinienne. 

Aussi rien n’est-il moins sûr que des compromis négociés par des responsables, aussi crédibles soient-ils. La question palestinienne a toujours été accaparée par des dirigeants aux intentions et aux positions inconstantes, par manque de traditions démocratiques au sein même des équipes dirigeantes de la grande majorité des mouvements de résistance et de libération palestiniennes. 

Désormais, la jeunesse palestinienne, toutes tendances confondues, a choisi sans ambigüité, l’approche de  la rue qui, elle seule, pourrait garantir à la fois  la légalité, la durabilité et la qualité d’un quelconque processus de libération des territoires occupés depuis
LA NEKBA (la catastrophe) de 1948. 

Si Le Hamas a pris l’initiative de faire des concessions substantielles, pour faciliter le rapprochement tant attendu, tant souhaité par les bases populaires palestiniennes, ce n’est sans doute pas par hasard. Si Le Fath a lui aussi fait de grandes concessions pour huiler la machine du rapprochement tant voulu, tant réclamé par les bases populaires palestiniennes, ce n’est pas non plus par hasard. 

Par anticipation, l’organisation de futures élections, ne saurait être une fin en soi, ni un indicateur pertinent et fiable de l’efficience du processus dans sa globalité ! Une fois que l’euphorie des retrouvailles se serait apaisée, il faudrait impérativement passer aux « choses sérieuses » : le processus de paix avec Israël : qu’en est-il ? Comment concilier résistance armée et /ou résistance politique, pacifique afin de libérer
la Palestine, avec des frontières reconnues par la communauté internationale, et Elqods comme capitale? Comment traiter le problème (l’aporie !) du retour des Palestiniens de l’extérieur, à la mère patrie ? Quelles approches adopter avec le colonisateur, les puissances occidentales, l’O.N.U. ? Quelles stratégies suivre, au chapitre des relations avec les Etats arabo-islamiques, pour obtenir leur soutien ?(…) 

Est-ce que le peuple palestinien fera lui aussi sa révolution pour
la Liberté, L’égalité,
la Justice,
la Paix,
la Dignité,
la Démocratie et
la Bonne Gouvernance en toute transparence ? A partir de quand le peuple palestinien lancera-t-il ses premiers chantiers de (re)construction et de développement durable, dans tous les domaines ? 

DE VIVE VOIX : Mohammed ESSAHLAOUI 

  

Laisser un commentaire