MAROC EDUCATION // L’EXAMEN EXPERIMENTAL : UN FAUX DEBAT… ?!

MAROC  EDUCATION // L’EXAMEN EXPERIMENTAL : UN FAUX DEBAT… ?! 

   Le département de l’Education Nationale vient, une fois de plus, de prouver son art d’improvisation, comme il en a souvent été capable. 

De surcroît, comme il est aisé de prendre des décisions administratives brutales et précipitées, mais comme il est difficile de les justifier au moyen d’argumentaires objectifs et suffisamment solides ! 

Les hauts responsables de l’Education Nationale ne se sont nullement donné la peine d’expliquer, aux intéressés et aux concernés, leur geste infondé et insensé, le moins que l’on puisse dire étrange et étranger au vaste domaine des  « sciences de l’éducation, essentiellement au niveau de leur philosophie de l’interaction théorie/pratique basée », dans une large mesure, sur le socle confirmé de la percée remarquable de la recherche scientifique, appelée communément réflexion/action. 

L’Histoire dira que les mêmes hauts responsables du département de l’Education Nationale viennent sciemment d’assassiner, par un acte prémédité, l’âme et l’esprit des nouvelles approches docimologiques qui visent, sans la moindre ambigüité, à développer et à consolider les apprentissages dans leur rapport incontournable avec les sciences de l’observation, de l’évaluation formative, principal pilier de la responsabilisation et, par voie de conséquence, de l’autonomisation des publics concernés. 

Rien ne permet de vouloir chercher, à tout prix, à sauver un système de gestion éducative perverse, en lui assénant le coup de grâce, en  se passant purement et simplement du fleuron de l’Education Nationale : l’examen expérimental qui accordait une crédibilité incontestable aux examens sommatifs de certification. 

Rien n’autorise, non plus, les hauts responsables de l’Education nationale, à s’ingénier malencontreusement à contourner les véritables problèmes de gestion matérielle dont souffrent chroniquement tous les acteurs pédagogiques de premier ordre. 

M.M. les hauts responsables du département de l’Education Nationale, vous avez opté pour un type de populisme déplacé, et foncièrement déclassé. Un tel populisme n’a rien à voir avec l’Education de nouvelles générations, qui se base avant tout et surtout sur du  réalisme, sur des vérités, sur des réalités aussi amères soient-elles. ! 

Les examens expérimentaux, comme vous êtes censés le savoir, jouent  le rôle de révélateur infaillible de vérités loin de toutes sortes de démagogies socio populistes de (mauvais goût). Car M.M. les hauts responsables, votre devoir ne consiste nullement à maquiller les réalités, votre devoir consiste à ne pas  trop user de pragmatisme souhaité. Ce ne sont pas les examens expérimentaux qui manquent de punch, mais plutôt les moyens matériels et logistiques qui font défaut. Et cela vous le savez mieux que quiconque… 

En sacrifiant le fleuron de l’Education Nationale, l’examen expérimental, vous commettez une grave erreur d’appréciation, de jugement, de gestion et de vision,                                                                                                                                                                        dont les conséquences ne manqueront aucunement de se répercuter,                        fâcheusement, sur ce qui reste encore de crédible dans la gestion des affaires socioéducatives et culturelles du département sensible qui vous est confié. /. 

DE VIVE VOIX : Mohammed ESSAHLAOUI 

4 Réponses à “MAROC EDUCATION // L’EXAMEN EXPERIMENTAL : UN FAUX DEBAT… ?!”

  1. Avant de commenter le contenu de votre article dans lequel vous avez si bien critiqué la nouvelle tendance réflexion/action en vue de clouer au pilori « l’apprentissage », menée par le département de l’éducation Nationale dans notre pays, je vous renvoie aux différentes études à ce sujet en vous rappelant que :

    · Le modèle éducatif Marocain n’est pas choisi comme modèle à suivre. Comparé aux pays de la région Mena (Moyen Orient et Afrique du Nord), le Maroc se trouve en queue du peloton avec Djibouti, le Yémen, …etc

    · C’est un modèle qui a montré ses limites notamment en matière de résorption du chômage et d’absence de système d’évaluation de l’apprentissage ;

    · C’est également un modèle où le tx d’analphabétisme des adultes est critique…etc

    · C’est enfin un modèle qui crée ses contradictions presqu’au quotidien , je cite la multiplication des grèves dans le secteur de l’enseignement notamment de la part d’intervenants substantiels tels que les inspecteurs, les directeurs et même les enseignants,…etc

    Evacuant l’apprentissage, C’est un modèle à revoir en mettant en place un nouveau système d’éducation et de formation qui intègre cette fonctionnalité. Une théorie sans pratique est vouée, à terme, à l’échec.

    Ton ami A.Derfoufi

    Dernière publication sur En Parler-EN PARLER_DE VIVE VOIX : ! L’ECOLE N’APPREND PAS A ECRIRE, MEME SI ELLE Y CONTRIBUE !

  2. merci bcp,cher collègue pour ts ces éclairages.!

    Dernière publication sur En Parler-EN PARLER_DE VIVE VOIX : ! L’ECOLE N’APPREND PAS A ECRIRE, MEME SI ELLE Y CONTRIBUE !

  3. Voila ce qui pourrait être le début du « printemps de l’Education »… Effectivement il y a de quoi être révolté…

    Merci pour ces éclairages

    Ton fils

    Dernière publication sur En Parler-EN PARLER_DE VIVE VOIX : ! L’ECOLE N’APPREND PAS A ECRIRE, MEME SI ELLE Y CONTRIBUE !

  4. merci chef, venant de toi cela me rassure bcp!

    Dernière publication sur En Parler-EN PARLER_DE VIVE VOIX : ! L’ECOLE N’APPREND PAS A ECRIRE, MEME SI ELLE Y CONTRIBUE !

Laisser un commentaire