LES RELATIONS DE L’OCCIDENT AVEC LE MONDE ARABE :

LES RELATIONS DE L’OCCIDENT AVEC LE MONDE ARABE :          CONFIANCE DES ETATS, MEFIANCE DES PEUPLES. 

   L’approche acrobatique de la non adéquation adoptée, sans réserve par les Etats arabes dans leurs relations stratégiques avec le monde occidental, s’appuie essentiellement sur des contradictions et des paradoxes qui semblent bizarrement s’accommoder, chemin faisant, avec des intérêts souvent qualifiés de vitaux. 

Les Etats arabes, qui se préoccupent avant tout de leur sécurité pérenne, pratiquent avec doigté et savoir faire indiscutables un double jeu qui, la plupart des cas, leur réussit surtout lorsqu’il répond à leurs besoins spécifiques. 

Les peuples sont toujours la cible de tels calculs et manœuvres. Ils en sont indubitablement  et fatalement les premières victimes. Les dictatures savent pertinemment ce qu’elles cherchent et ce qu’elles veulent. Elles l’obtiennent sans faute, et même au prix de grands sacrifices des peuples. 

Les interlocuteurs occidentaux se frottent les mains, selon des stratégies mûrement pensées et élaborées. Tout en profitant des richesses naturelles et touristiques des pays en question, tout en participant directement et indirectement à la paupérisation des populations ; ils entretiennent des relations douteuses et secrètes avec des populations, par le biais d’organisations non gouvernementales et d’associations à vocation caritative, de défense des droits de l’home, entre autres. 

En réalité, l’Occident emploie un double langage, selon qu’il s’adresse aux chefs d’Etats ou aux peuples. Il va même jusqu’à soutenir des populations contre les agissements de leurs gouvernants locaux, régionaux, ou centraux. 

Ainsi dans le cas de  la révolution libyenne, une interrogation taraude l’esprit, en toute légitimité : Comment  expliquer le fait que des insurgés contre le dictateur Kadhafi soient conseillés, appuyés, et soutenus, par des impérialistes occidentaux ? 

En principe, dans d’autres situations, et dans d’autres cas de figure, les Occidentaux seraient considérés comme de simples bandits à la solde de l’impérialisme des USA. ? 

Par conséquent, l’ennemi d’hier est subitement proclamé l’ami d’aujourd’hui. ! La puissance la plus répressive de la planète, l’ennemi de Ghazza, le génocidaire de la résistance et du peuple palestiniens, le garant principal de l’Etat sioniste et de sa sécurité, est du jour au lendemain prié, sollicité, supplié, d’intervenir aux côtés des insurgés libyens contre les mercenaires du colonel désavoué et désapprouvé, Kadhafi le sanguinaire. ! 

DEVIVE VOIX : Mohammed ESSAHLAOUI                         

Laisser un commentaire