L’ALBATROS DES DESERTS

                                          L’ALBATROS    DES     DESERTS 

                            Il flotte désormais,  perché sur un arbre en deuil                             Cuirassé, meurtri avec le temps tel un écureuil 

                            Qui tente près d’un pré d’amadouer un chevreuil. 

                             Loin d’un torrent qui dans Paris se réveille 

                             Loin de ses lèvres, de peur que la belle dame ne s’éveille                             Arrosée, éclaboussée, par les eaux, par le miel des abeilles 

                            Caressée, attirée par des lumières aux couleurs vermeilles. 

                             Notre Dame de Paris, chaque matin salue les mosquées                              Amputées, leurs minarets s’interrogent très choquées 

                             Au fond de petites ruelles, des voitures demeurent bloquées                              Cédant le passage aux cortèges matinaux défroqués. 

                              Soudain dans les cieux, on entend des voix humaines 

                              Chouchouter, grelotter, pivoter, sur des murailles hautaines                               Des échanges de propos imprégner des murailles lointaines 

                              Semblent prier Allah via les bouches des fontaines.                                     

                              Sur des toits géants, se profilent de gigantesques créatures                               Qui balayent les cieux en quête pérenne de nourriture 

                              Dansant, chantant, riant, pleurant, en quête de montures                               Capables de les transporter vers le Créateur des créatures. 

                              De temps à autre, s’abat  sur le toit d’une chapelle 

                              Un magnifique oiseau des cieux, battant des ailes                               Magistralement, sereinement, taquine paisiblement sa femelle 

                              Qu’il couvre et couve, le regard vigilant, scrutateur sans zèle                                                                                                                                                                                     

                              Je venais juste d’arriver de Meaux, fraîchement préparée                               Pour souhaiter la bienvenue aux pèlerins  et animer la soirée 

                              Je débarquai, moi, homme des déserts,  dans la ville de Paris                               Je me sentais vibrer de fierté, aussi fier  que Zakarie 

                                                                  Allah, je contemple Paris et j’espère visiter Elqods 

                               En voyant flotter un drapeau neuf sur le siège de la culture                                Allah, je me recueille devant Toi en pensant à Homs 

                               Cher Albatros, je te promets, comme cadeau, une fourrure                                Si tu trouves un Minaret qui convienne à ta stature. /. 

                               DE VIVE VOIX : Mohammed Essahlaoui 

                                                                   

Laisser un commentaire