• Accueil
  • > Non classé
  • > MAROC EDUCATION L’ANALYSE DE DISCOURS SCIENTIFIQUES EN L1 ET EN L2:

MAROC EDUCATION L’ANALYSE DE DISCOURS SCIENTIFIQUES EN L1 ET EN L2:

MAROC                         EDUCATION                                                                                                                                                                                  L’ANALYSE DE DISCOURS SCIENTIFIQUES EN L1 ET EN L2:

                   UN ATOUT OU UN HANDICAP ?

 

     L’objet de la réflexion qui suit se limite avant tout à une mise en relief d’un certain nombre d’aspects linguistiques susceptibles de jouer un rôle plus ou moins positif ou négatif, depuis la prise de décision relative à l’arabisation des matières dites scientifiques, avec essentiellement une importance toute particulière accordée à la maîtrise des outils essentiels des appareils discursifs, ainsi que leur fonctionnalité technique spécialisée.

 

Mais de prime abord, il conviendrait de rappeler que  cette décision se voulait compensatrice de lacunes constatées au niveau langagier, beaucoup plus qu’au niveau scientifique.

 

A long terme, les élèves devaient s’ingénier à maitriser la manipulation de différents discours scientifiques en langue 1 et en langue 2, sachant que sur le plan des contenus, ces mêmes élèves n’auraient pas trop de difficultés, étant donné  que ce serait une question inhérente à des processus d’observation, de réflexion , de raisonnement, de déduction  et d’induction, entre autres ; le tout se basant  sur l’expérimentation , ainsi que la démonstration.

 

D’où le principe fondamental de la conditionnalité de réussir les constructions discursives, vu qu’au niveau de la pensée scientifique, la  réflexion  se veut universelle.

 

Par conséquent, si l’on essaie de récapituler, on comprendrait que ce serait au niveau des discours, ou comme les appellent certains linguistes : la construction d’énoncés discursifs adéquats, par rapport au type de raisonnement donné, que surviendrait  le recours indispensable au procédé de matérialisation de la pensée scientifique.

 

Une telle matérialisation de la pensée scientifique, comme on le sait, ne saurait, ni ne pourrait se faire sans des outils langagiers appropriés. En d’autres termes, il y va de toute une approche consacrée aux différents registres lexicaux et structurels, qui permettent avec fluidité, d’entretenir un va et vient constant d’une langue à une autre.

 

A l’ère des approches communicatives qui se sont développées, dans une large mesure, grâce à divers travaux de chercheurs spécialisés dans les domaines de la communication en général, on assiste à l’émergence d’une vaste panoplie de typologies de discours, et plus particulièrement  celles des discours scientifiques.

 

Désormais, des passerelles sont construites entre l’enseignement des langues et celui des sciences au sens large du terme, ce qui favorise la promotion de l’analyse  de discours scientifiques considérée, à juste titre, comme une véritable  science destinée à combler le vide dont souffrait l’analyse traditionnelle, purement grammaticale.

 

Vue sous cet angle, l’analyse de discours scientifiques, enseignée en langue1 et en langue2, contrairement à certaines visions clairement réservées sur le sujet, loin de représenter un handicap pour les apprenants de deux langues, ne pourrait que promouvoir un atout certain, de par la synergie épistémologique qu’elle dynamiserait et entretiendrait dans les deux sens./.

DE VIVE VOIX : Mohammed Essahlaoui

 

Laisser un commentaire