! J’ACCUSE… !

                                                                !    J’ACC USE… !

 

       J’accuse l’Etat marocain d’avoir très mal planifié la politique de l’Education Nationale, depuis l’indépendance.

 

J’accuse l’Etat d’avoir sacrifié des générations entières,  au profit  de classes odieusement privilégiées.

 

J’accuse les gouvernements successifs d’avoir mené de sévères politiques d’exclusion, de marginalisation, de discrimination, de clientélisme, de clanification des couches défavorisées et moyennes à des fins propagandistes véreuses.

 

J’accuse des hommes politiques de droite, comme ceux de gauche, d’une déficience lamentable d’appréciation et de négligence préméditées des principaux intérêts vitaux de l’enfant marocain, sur les plans de l’éducation,  de la santé, de la prise en charge, de l’égalité des chances.

 

J’accuse les MEN successifs d’avoir favorisé l’arrivisme, le tribalisme, le communautarisme, le régionalisme dans la répartition des projets de promotion du secteur éducatif, ce qui a généré de graves et profonds déséquilibres dans l’espérance de réussite scolaire.

 

Je dénonce sans réserve, l’adoption dangereuse de stratégies de paupérisation intellectuelle des masses d’enfants scolarisés et scolarisables.

 

Je dénonce sans détours, la majorité des projets de régionalisation socioéducative de la gestion  éducative, qui manque dangereusement d’inspiration, de créativité,

 

J’accuse les responsables de dégâts particulièrement désastreux occasionnés par  des politiques d’arabisation précipitée de l’enseignement des disciplines scientifiques, de l’histoire/géographie, décision qui a affreusement déstabilisé la sérénité, la volonté, les aspirations des jeunes marocains, à un avenir prometteur, crédible, fiable.

 

J’accuse les différents départements ministériels de l’Education Nationale de tâtonnements, de mésestimations dans la définition des besoins nécessaires à  la programmation des contenus et aux choix imposés aux familles, quant au coût de plus en plus excessif des cursus scolaires.

 

J’accuse les auteurs responsables de la conception, de l’élaboration, en amont et en aval des processus  singulièrement  défaillants de la décentralisation, de la déconcentration.

 

J’accuse les différents responsables de l’Education Nationale de plagiats, d’imitations inconditionnellement dépendantes de modèles étrangers, s’agissant de l’intégralité de la gestion des R.H.et des R.F.sur la quasi étendue  du secteur éducatif : enseignement équipements, constructions, formation, évaluation, entre autres.

 

J’accuse l’Etat marocain de tous les maux, sans exception, d’improvisation impardonnable, de surpolitisation politicienne du secteur éducatif, de déficience conceptuelle, de cobaysation catastrophique et pathologique des enfants du peuple, d’amateurisme irresponsable.

 

 Face au désastre qu’a subi et que subit le secteur éducatif marocain, sur la majorité des plans de conception, de gestion, de ce domaine, je ne peux que joindre ma voix de citoyen concerné et intéressé, à celles et à ceux qui dénoncent rigoureusement, vigoureusement, le fait accompli, le  désespoir, les illusions qui ne cessent de décevoir les familles, la société toute entière, et de ternir le paysage éducatif national./.

DE VIVE VOIX : Mohammed Essahlaoui                      

Laisser un commentaire