REUSSIR LE PARI DE L’INTEGRATION

                               REUSSIR LE PARI DE L’INTEGRATION

 

  La réussite de chaque élève constitue aujourd’hui la priorité absolue de l’action éducative et l’ambition affichée de toute réforme de l’école primaire dont les grandes orientations reposent à la fois sur l’application de programmes recentrés sur les apprentissages fondamentaux, sur une organisation différente du temps scolaire, avec des moments spécifiques d’aide pour ceux qui en expriment le besoin.

 

Pour les collèges, après l’assouplissement indispensable de la carte scolaire, tous les collégiens devront bénéficier de l’accompagnement éducatif en fin de journée après les cours. Tous les élèves doivent maîtriser progressivement au terme de leur scolarité, les 7 compétences du socle commun. Ceux qui rencontrent des difficultés font l’objet d’un accompagnement spécifique, d’un programme personnalisé de réussite éducative ; ceux qui réussissent sont encouragés dans leurs efforts.

 

La personnalisation devient le fil conducteur de toute action pédagogique. Prendre en compte les besoins, les potentialités de chaque élève en l’ambition du système éducatif. Y répondre sera la volonté des praticiens au travers de parcours scolaires   diversifiés. Ils l’envisageront non plus dans une perspective linéaire ; mais bien dans l’idée d’une construction progressive par ajouts successifs, avec des droits à l’erreur, des temps de pause, des réorientations, des retours.

 

Le rôle éducatif majeur est bien d’accompagner l’élève dans la construction  progressive, individuelle et cohérente de son parcours en lui apportant les connaissances, l’aidant à construire ses compétences et lui proposant les méthodes nécessaires qui lui permettent d’avancer.

 

C’est dans cet esprit  que devrait s’engager la réforme des lycées d’enseignement général, technologique et professionnel. Pour ce dernier, les praticiens ont la volonté et la compétence nécessaires de l’affirmer comme une voie de réussite, avec une égale dignité des différents parcours, des différents diplômes.

 

Les AREF et les praticiens ont l’obligation éthique et professionnelle d’améliorer la lisibilité du baccalauréat professionnel pour les élèves, les familles, et pour les chefs d’entreprises qui les recrutent.

 

Trois objectifs clés accompagnent la dynamique du lycée :

-Mieux orienter chaque lycéen pour en finir avec l’orientation couperet, avec le délit d’initié, avec une voie exclusive d’excellence.

-Mieux accompagner chaque lycéen, pour éviter les décrochages, pour développer l’autonomie, pour  permettre d’atteindre l’excellence.

-Mieux adapter le lycée à son époque : pour que chaque lycéen maîtrise les langues étrangères, accède à la culture, se prépare aux responsabilités de l’âge adulte.

 

En définitive, il n’y aurait pas mieux qu’un  accompagnement personnalisé soutenu, accordé à chaque lycéen pour l’engager sur la voie  du progrès, de la réussite, surtout pour des élèves, à besoins éducatifs particuliers. 

DE VIVE VOIX : Mohammed Essahlaoui

Laisser un commentaire