QUE REPRESENTE LA FRANCE POUR LES PAYS MAGHREBINS EX COLONISES ?

QUE REPRESENTE LA FRANCE POUR LES PAYS MAGHREBINS EX COLONISES ?

                                                          ( 2ième Partie )

 

     Tenter de me livrer à une réflexion aussi anodine soit-elle sur la /ou les représentations que se fait l’Algérie indépendante d’aujourd’hui sur l’ex puissance colonisatrice, ce serait ma foi, entreprendre une des aventures les plus périlleuses de ma modeste expérience de journaliste internaute blogueur.

 

Quand j’entends àla TVdes frères Algériens se mortifier pour essayer d’immortaliser l’Histoire grandiose de leur immense pays, et cela dans tous les sens et dans toutes les acceptions socio politico sémantiques, je me sens soudain envahir à la fois d’un profond frisson de joie et d’une angoisse je dois l’avouer «  terrible », vu les liens consanguins indéfectibles qui ont toujours uni les deux peuples marocain et algérien, bien avant la guerre de libération qui a scellé pour toujours l’un des pactes de fraternité et de solidarité les plus révélateurs de l’Histoire contemporaine.

 

Je me demande souvent en tant que simple citoyen maghrébin du Maroc, quelle serait l’approche la plus juste, la plus équitable, la plus légale, la plus rigoureuse qui puisse permettre aux frères Algériens d’écrire leur Histoire, et pas seulement l’Histoire de leur lutte héroïque pour arracher leur indépendance et extirper les souffrances que leur avaient fait subir les forces féroces d’un mal impérialiste international, qui ne se limitait pas exclusivement à la puissance colonisatrice, en l’occurrencela France.

 

Je m’interroge souvent sur les raisons objectives pour lesquelles les frères Algériens ont tendance à occulter toute la période qui s’étend de 1830(date de l’invasion de l’Algérie par des troupes françaises) à 1954(1ier Novembre1954 date du déclenchement de la lutte armée pour la libération et l’indépendance).

 

Cela m’incite, non pas en tant qu’historien spécialisé, du fait que je ne le suis pas, mais plutôt en tant que simple citoyen maghrébin du Maroc, à poser une question que me paraît quelque peu logique et objective : La puissance coloniale ne devrait-elle pas demander pardon et faire des excuses au peuple Algérien frère pour les exactions et les injustices commises depuis 1830 ?

 

Par ailleurs de quelle unanimité veut-on parler chaque fois qu’il est question d’impliquer les peuples Français et Algérien depuis 1830 ?

 

Mais laissons l’écriture de l’Histoire aux spécialistes du domaine, et parlons plutôt de l’époque actuelle : Comment se fait-il que les relations franco-algériennes officielles se bloquent chaque fois que le deux Etats cherchent à déblayer le terrain pour nouer des relations justes, fiables, équitables, dans un  premier temps, puis amicales pourquoi pas par la suite ?

 

En ma qualité de simple citoyen, j’ai comme l’impression qu’entre l’Algérie et la Franceexiste une profonde envie de nouer des relations d’amitié, d’entente, de coopération, car ni l’une ni l’autre n’ont le moindre intérêt pour vivre séparées de la sorte.

 

Je demeure convaincu, en tant que simple citoyen maghrébin du Maroc, que l’Algérie et la France devraient seulement faire l’effort  nécessaire pour changer de représentations vis-à-vis de l’altérité parce que ces deux Etats ont tout intérêt à renouer avec l’amitié, pour une raison très simple qu’ils ont grand besoin l’un de l’autre.

 

C’est tout l’avenir des Générations futures du Grand Maghreb qui en dépend ; et c’est de l’entente et de l’amitié entre les peuples qu’il est question.

 

Pour être convaincus, les deux Etats auraient tout à gagner s’ils décidaient enfin  de peser, de mesurer, d’apprécier les enjeux de leur rapprochement vivement souhaité, dans l’immédiat, par tous les peuples de la région. /.

DE VIVE VOIX : Mohammed Essahlaoui

 

Laisser un commentaire