MAROC EDUCATION : UNE EGALITE DES CHANCES SAPEE A LA BASE !

          MAROC EDUCATION : UNE EGALITE DES CHANCES SAPEE A LA BASE !

 

   Il serait particulièrement aisé de s’attaquer « virilement » aux différentes composantes du système éducatif marocain !

 

Ce genre de propos se veut une réaction de hauts responsables qui pilotent le géant appareil de l’Education au Maroc, de la crête climatisée  au confort parfumé de la pyramide jusqu’au petit coin réservé à l’alimentation de petits êtres humains dans un secteur scolaire perdu quelque part entre deux dunes de sable aux confins enclavés de la porte du désert.

 

Toutefois, il serait aussi aisé de rétorquer « fébrilement » à cette sorte de riposte langagière préfabriquée dans un des plus impressionnants salons réservés exclusivement à la tenue sporadique de conférences de presse, destinée à calmer des esprits et à lier des langues de citoyens.

 

Je ne saurais m’exprimer, dans pareille situation, au contexte dit national, sans penser aux petits

ruraux condamnés à vivre leur scolarité primaire dans un Maroc profondément différent d’un Maroc que les médias officiels s’ingénient à faire miroiter à longueur de journée, dans le but malsain d’exporter des images perverses et fausses d’une réalité diaboliquement trompeuse, et outrageusement erronée.

 

Je ne pourrais me permettre de tronquer certaines vérités actuelles du paysage scolaire, appartenant au Maroc appelé autrefois « inutile » par le protectorat, et que les pilotes du sommet de leur crête s’attellent toujours, fort soigneusement et fort professionnellement, à décrire en laissant libre court à leur paranoïa imaginaire, le métamorphosant indécemment en paysage paradisiaque, au service de multinationales touristiques voulant à tout prix faire refléter un semblant de bonheur au moyen d’une image larmoyante de petits enfants pris en train de grelotter de froid, et de pleurnicher de faim.

 

Je ne devrais jamais me pardonner de contribuer /ni d’avoir contribué, un seul instant,  à parler d’égalité des chances en brandissant ostentatoirement un slogan le moins que l’on puisse dire rabaissant, insultant, dévalorisant, déshumanisant.

 

Mais au fait, de quel enseignement « utile » ose-t-on nous matraquer les oreilles, du matin au soir, en torpillant les vérités de « l’inutilité » et en créant à leur place de fausses et prétentieuses « utilités »,commettant indubitablement d’effroyables sacrilèges ?!!!

 

Je me mépriserais  à cracher si je ne dénonçais peu ou pas l’inégalité des chances ou plutôt l’égalité des malchances qui sévit dans l’école marocaine. Car, c’est de cela qu’il est question, c’est de cela qu’il a toujours été question !

 

La propagande est une pratique courante, en guerre. C’est même l’un des principes fondamentaux des grandes guerres, qui repose essentiellement sur la dévalorisation de l’ennemi, le dénigrement,  le mensonge, les allégations, la rumeur, la déformation des informations.

 

Il en est de même dans le développement d’un domaine aussi politisé « l’Education  Nationale Marocaine » avec une différence près, en l’occurrence , les spécificités des guerres politiques que se livrent inlassablement et  impitoyablement des groupes de la société civile, dans le but avoué de servir leur cause politique qui n’est autre que la volonté de remporter des victoires, sur une opinion publique déjà irrémédiablement essoufflée, déçue, meurtrie, blasée, et en fin de compte terrassée, grâce en premier lieu, à un système aguerri  de propagande adéquate./.

DE VIVE VOIX : Mohammed Essahlaoui

Laisser un commentaire