POLITIQUE(S) ETRANGERE(S) DES REVOLUTIONS DES PRINTEMPS ARABES.

           POLITIQUE(S)  ETRANGERE(S) DES REVOLUTIONS DES PRINTEMPS ARABES.

 

   Comme à l’accoutumée, les peuples arabes se réfèrent exclusivement à ce qu’ils appellent fièrement de  l’endurance, un degré d’honneur supérieur, des attentes et de la patience. Ils avaient en effet, le pouvoir et l’art de garder leur sang froid tant qu’il s’agissait de subir l’oppression terrible de la part de leurs régimes respectifs.

 

En  contrepartie, leur colère, leur fureur, s’accentuaient au fil des jours, des mois, et des années contre tout ce qui concernait de près ou de loin l’occupation sioniste des territoires irréversiblement spoliés.

 

D’aucuns expliquaient un tel phénomène par le fait qu’ils avaient toujours préféré confier, livrer leur mal séculaire à Allah le Tout Puissant seul à même de les comprendre, de les soutenir, de consolider leur foi et leurs convictions, face à l’hégémonie diabolique d’Israël et de ses protecteurs.

 

De surcroit, les peuples arabes réclamaient des armes, fustigeaient leur dictateurs en les traitant de collaborateurs inconditionnels de l’ennemi sioniste ;  prenaient tout leur temps pour leur demander de croire enLa Puissancede Allah qui ne tarderait, sans doute pas à donner raison aux opprimés musulmans en les débarrassant définitivement de Satan et de ses acolytes.

 

Ainsi, chaque peuple arabe, chaque peuple musulman, finissait par confier la libération des territoires occupés, volés et usurpés par le sionisme international, à Allah, et à ses représentants surLa Terre.

 

Les mains  levées et dirigées vers le  Ciel, individuellement et collectivement, les musulmans se dotaient de chapelets de plus en plus grands pour s’adonner à des prières interminables  en égrenant sagement, patiemment, docilement, les seules armes qui leur restaient, en  se résignant fidèlement en tant que bons croyants.

 

Jusqu’au jour où les dictateurs de ce qui s’appelle le(s) printemps arabe(s)commençaient à tomber un à un,

et où les peuples criaient victoire, de toute leur force, en attendant comme à l’accoutumée, de voir émerger ou surgir des foules, de bons Chefs d’Etats à la mesure des attentes des grandes Nations Arabes.

 

Toutefois, rien ne pointe à l’horizon, on n’en est au scénario de l’impasse, de l’interminable, de l’imparable.

Comme il fallait bien trouver un représentant d’Allah surLa Terre, on a pensé à tous les profils imaginables, sauf à celui d’exécutant de la volonté populaire, qu’on a effectivement exécutée,  au  sens propre du terme.

 

Et du coup, et comme par hasard, aucun des Chefs désignés, pour ne pas dire imposés, n’a pensé, ni n’a fait allusion, aux caractéristiques spécifiques de  la politique étrangère  des Etats arabes nés des révolutions arabes, elles- mêmes nées du /des printemps arabes.

 

Seul dénominateur commun, les nouveaux pouvoirs promettent de «  veiller au respect des accords conclus antérieurement avec la communauté internationale ». 

 

Et de fait, pas un des nouveaux Chefs  d’Etats Arabes «crachés »par le volcan printanier arabe, n’a eu le courage, ni l’audace, d’évoquer un tant soit peu, le sort des Ghazzaouis(e), et de tout le peuple palestrinien profondément blessés, affamés, malades, emprisonnés, torturés, marginalisés même par l’autorité palestinienne et qui meurent écrasés,  brûlés, impitoyablement écrasés sous le poids des bombes offertes généreusement par les grandes puissances occidentales, amies des uns et souteneurs des autres.

 

Comme on le sait, la question palestinienne a toujours représenté, soit pour instrumentalisation et/ou pour manipulation, les nouvelles autorités des Etats des printemps arabes ont choisi la stratégie de l’atermoiement, du faire semblant de…Elles ont pour le moment d’autres « chats à fouetter », et par conséquent, le domaine de la politique étrangère semble ne pas avoir servi de détonateur principal des soulèvements populaires des printemps arabes.

 

En termes de bilan terminal, les résultats des révolutions arabes se révèlent largement positifs pour l’Occident, qui s’attendait au pire : ses intérêts vitaux et stratégiques ne sont nullement menacés, contrairement aux prévisions les plus pessimistes.

 

Mieux, et contre toutes attentes, les manifestants en colère, n’ont tenu, à aucun moment, à imposer des slogans hostiles à l’occupant sioniste ni à ses protecteurs, qui en quelques sortes, ne pouvaient plus supporter d’être les supporters de vieilles juments qui commençaient à décevoir sur tous les plans. /.

DE VIVE VOIX : Mohammed Essahlaoui

 

Une réponse à “POLITIQUE(S) ETRANGERE(S) DES REVOLUTIONS DES PRINTEMPS ARABES.”

  1. airmax blog dit :

    I have to get throughout my personal passion on your goodness assisting folks that really need benefit the bradenton area of great interest. Your own true dedication to transferring the perfect solution all around ended up being ideal and have frequently urged workers at all like me to reach their goals. Your individual valuable valuable data implies close to this much an individual much like me and still more to be able to my personal friends. Thanks a lot coming from all individuals.

Laisser un commentaire