CHRONIQUE D’UN OBSERVATEUR INCORRIGIBLE !

                   CHRONIQUE D’UN OBSERVATEUR INCORRIGIBLE !

 

     Déjà l’adjectif « incorrigible » m’interpelle souvent, surtout lorsqu’il fait figure de trait distinctif et/ou de signe discriminatoire comme diraient les linguistes en parlant de signes de sémantique à la saussurienne.

 

Bref, comment justifier l’emploi de l’adjectif « incorrigible » au lieu de  « incorrigeable », sinon en  s’appuyant sur le fait qu’il s’agit de la racine d’un verbe  du premier groupe, en l’occurrence, corriger. Auquel cas, je devrais, pour en avoir la conscience nette, considérer que « incorrigible » s’emploie lorsqu’il s’agit d’un inanimé, et que « incorrigeable » s’emploie lorsqu’il s’agit d’un animé, ou plus exactement d’un être humain. Mais que dire d’un caractère qui se refuse à subir une correction lui évitant des incartades : incorrigible ou incorrigeable ?

 

Laissons de côté cet exercice grammatical, sachant qu’en tant qu’usager assidu du français, je me permets de revendiquer le droit de jongler avec cette belle dame qui n’est autre que la langue française, dans tous ses états, d’autant qu’au Congo Kinshasa s’est tenu dernièrement une conférence des Chefs d’Etats et de gouvernements partageant l’utilisation de la langue française.

 

Quand on sait que le président de l’Etat français, F.Hollande, s’est rudement dépensé pour inciter et convaincre les représentants des Etats africains à se solidariser en joignant l’acte à la parole, pour soutenir et se solidariser avec les frères du Mali, face aux événements douloureux et pénibles qui  secouent actuellement ce pauvre pays de la région saharosahélienne, on ne peut que comprendre que la philosophie dela Francophonieest loin d’être une simple question de partage de la langue française dans ses différents registres.

 

Mais comme il est difficile de comprendre l’équation qui chatouille l’orgueil et l’amour propre des amis africains de l’hexagone qui se voient, du jour au lendemain, accéder au rang  de défenseurs inconditionnels et dévoués du français et dela France !

 

Car en effet, ce qui caractérise la situation dans la majorité des pays africains, ce sont bien la famine, la pauvreté, la précarité, les maladies, l’insécurité et l’instabilité. Ne sont ce pas eux qui ont plutôt le plus besoin d’aide et de secours, en premier, de l’ancienne puissance coloniale qui n’avait pas hésité un instant, et qui n’hésite pas non plus aujourd’hui, à convoiter ouvertement  leurs richesses souterraines fabuleuses?

 

Par contre, il ne serait pas impossible de comprendre les enjeux des uns et des autres pour lesquels sont mobilisés des groupes de brigands, de contrebandiers, et d’éléments  lourdement armés qui contrôlent toute la région du Sahel, dela Somalieà l’Ouest du Sahara, et par la même occasion terrorisent les populations en expropriant leurs biens, leurs troupeaux, entre autres.

 

En attendant des jours meilleurs, les observateurs internationaux se demandent avec insistance quelles sont les  raisons objectives qui justifieraient, un tant soit peu, le silence ou l’indifférence, non innocents d’ailleurs, des chancelleries occidentales, face à ce qui se passe au Nord du Mali, au Niger, au sud de l’Algérie.

 

Les mêmes observateurs n’hésitent pas à citer le cas du Tchad qui était pendant des années en proie à des attaques répétées et parfois à des invasions perpétrées par des groupes surarmés venant de l’Est. L’aviation française, ne les a guère ménagés, puisqu’elle a définitivement écrasé et exterminé ces groupes « ennemis » qui menaçaient constamment la sécurité du Tchad et celle des Tchadiens, et de toute évidence,  les intérêts  stratégiques dela France !

 

Incorrigible, ou incorrigeable, ou récidiviste, je ne tairai jamais la vérité, ou ce qui me paraît plausible, compte tenu des informations que je collecte lors de mes laborieuses lectures, et/ou de mes investigations. Je récuserai, avec grand acharnement, toute allégation démagogique, d’où qu’elle provienne, parce que les propagandistes politiques camouflent, dénaturent, falsifient  la vérité, les vérités.

 

Je suis fils du peuple, et je travaille pour tenter de dénoncer puis de corriger les informations incorrigibles et incorrigeables. Mais cela étant affirmé avec une profonde conviction, je suis fier de faire partie des récidivistes incorrigibles et aussi incorrigeables Je le jure !/.

DE VIVE VOIX : Mohammed Essahlaoui

 

 

Laisser un commentaire