EMISSIONS TV MAROCAINE AU RABAIS !

                         EMISSIONS TV MAROCAINE AU RABAIS !

 

 

    Par la barbe de Spinoza, qui n’en portait pas ! Qu’est-ce qu’il a l’air ballot ! Je retrouve le politicien  de la grande époque, qui savait exprimer son potentiel burlesque.

 

Comme la fois où il s’était fait entarter par le gros N.A., lequel, après avoir glissé sur une lampée  de crème échappée de la garniture de son projectile pendant sa prise d’élan,  s’était cassé la binette aux pieds de sa victime maculée ; je revois encore mon compagnon prenant la position réglementaire du Karatéka en instance d’obtention de sa ceinture jaune, et défiant son agresseur à terre d’une voix rageuse : «  Allez, relève-toi et viens te battre, si t’es un homme, espèce de lâche ! »…

 

C’était drôle…Inutile de  vous dire que le facétieux N.A. avait résolument refusé le combat en adoptant la stratégie du baleineau échoué sur la banquise, se contentant de répondre aux injonctions belliqueuses du philosophe à la crème  en poussant des petits « gloup ! gloup ! » de satisfaction du  devoir  accompli. Ça, c’est le B.K. que nous aimons  et que nous sommes enchantés de retrouver au mieux de sa forme.

 

Au cas où vous auriez  passé les trois derniers jours à visiter la planète ou l’intérieur de la boîte crânienne dont l’étanchéité est totale, je vous rappelle les faits. N.A. publie deux ouvrages dont il a commencé  à faire la promo depuis une petite semaine.

Une promotion

 massive, insupportable, et finalement ridicule. Des pages et des pages dans tous les grands news-                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                      magazines, des plombes d’antenne sur tous les plateaux de télé et dans tous les studios de radio, y compris Médi 1,ce matin-là.

 

 Le panurgisme médiatique est à son paroxysme. Manque de chance pour notre homme politique de la pensée germanopratine, il y a une journaliste, une certaine A. L., du Journal  le soir, qui a eu l’idée saugrenue de lire un de ses bouquins, dans lequel il cite un de ses éminents confrères, le philosophe J.B.B.,  auteur d’un pénétrant ouvrage intitulé « La vie sexuelle de Kant ».

 

 En réalité, B. n’existe pas et il n’a jamais existé, et  « la vie sexuelle de Kant », publié il y a déjà une quinzaine d’années, a été écrit par Frédéric Pagès, journaliste du Canard Enchaîné Français, et agrégé de philo.

 

 

 

 C’était un canular inspiré par le  fait que Kant est réputé n’avoir jamais perdu son pucelage, un peu comme bon nombre  de personnes que nous connaissons, jusqu’à l’année dernière quand une « nana » réputée l’a emmené en week-end à une grande ville, en banlieue.

 

 Le problème pour notre gars, est que sa bourde s‘est vue mécaniquement amplifiée par le  contexte de matraquage intensif dans lequel elle a été révélée. Un matraquage dont le caractère insupportable et surtout illégitime en devient lui-même encore plus éclatant.

 

 

 

Bref, l’effet boomerang pourrait se révéler très vite ravageur pour le business. Du coup, un soir, sur le plateau du « Grand Journal », l’intéressé a essayé en vain d’éteindre l’incendie, sur le thème «  c’est une histoire absolument tordante… ». Il  s’est fait avoir, et il est bêtement tombé dans le panneau.

 

 

 

Non vraiment  ça ne fait pas rire du tout, et ce n’est pas drôle du tout. Alors je ne comprends pas du tout pourquoi certains trouvent cette émission télé si drôle. C’est là bel et bien une manière malhonnête de se moquer des téléspectatrices et des téléspectateurs qui dépensent, malheureusement quotidiennement un temps très précieux devant leur écran. /

 

DE VIVE VOIX : Mohammed Essahlaoui

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire