LE CONSEIL PROFESSIONNEL NE SERAIT–IL QU’ UN ORDRE DEGUISE ?

      LE CONSEIL PROFESSIONNEL NE SERAIT–IL QU’ UN ORDRE DEGUISE ?    

         Un conseil demandé vaut mieux, dit-on, qu’un conseil donné. Dans le domaine de la formation, initiale ou continue, l’habitude de donner des conseils aux enseignants, débutants ou vétérans, est une pratique courante quasi quotidienne. Si la manière diffère d’une catégorie ou d’une personne à une autre, les intentions paraissent souvent identiques.

 

C’est ainsi que l’on propose,suggère,recommande,gentiment,modestement,aimablement,une démarche ou une technique,ou que l’on offre une certaine assistance,on dirait plutôt une idée,une direction de réflexion,une piste pédagogique qu’on veut petite,simple,neutre,à tel point que le locuteur,lui-même, se la représente toute innocente,ne touchant en rien à la personnalité de l’interlocuteur !!!

 

D’une façon ou d’une autre, le conseil pédagogique se révèle de plus en plus, comme un outil, un moyen efficace, dont use souvent, le formateur conseiller pour s’imposer en tant qu’autorité plus que morale, devant une assistance désormais difficile à convaincre, ou du moins à intéresser.

 

Pour ce faire, on a recours à une infinité de conseils en vue de ménager les susceptibilités  des «  formés », parce que le formateur tient beaucoup à redorer régulièrement son blason, à travailler son image de marque.

 

Il se veut et se voit animateur des corps et des esprits,des individualités et des collectivités,dans le présent et dans le futur proche et lointain ; autrement dit, il incarne la faisabilité, la personnalité, le pouvoir de suggérer une panoplie de pistes ( et non pas de feuilles de route) proposées cependant humblement par un praticien de toutes les situations possibles et imaginables ; tant mieux si la forme l’emporte sur le contenu !

 

C’est ainsi qu’il importe impérativement de mobiliser tous les moyens idéationnels et matériels  pour ne pas sombrer dans l’ennui ( physique au moral), du verbal au non –verbal, de la parole à l’image. (Je vous conseille de suivre attentivement les péripéties de la piste pédagogique que je vous suggère avec « mon humilité habituelle »), semble dire le formateur à « ses formés » sur un ton des plus courtois. 

 

Par conséquent, et sans précipitation, autant le conseil pédagogique est une nécessité de formation professionnelle moderne, incontestable, autant il pourrait être perçu comme une forme de leurre intellectuel dont la dangerosité ne se fait nullement attendre chez certaines personnes conseillées, par des effets de contamination de la part de certains conseillers merveilleusement intentionnés,cela va de soi. !   

 

J’ose donc conclure de telles élucubrations qui pourraient fâcher certains, en posant une question qui me paraît  quelque peu d’actualité : Comment faire pour susciter chez des débutants (vrais ou faux) l’intérêt des demandes de conseils pédagogiques et professionnels? 

DE VIVE VOIX : Mohammed Essahlaoui        

 

 

Laisser un commentaire