ABDALILAH BENKIRANE : SUR LA VOIE DE L’ALTERNANCE !

           ABDALILAH BENKIRANE : SUR LA VOIE DE L’ALTERNANCE !

 

 C’est ignoble. Depuis quelques jours, une certaine presse marocaine s’échine et tend à salir, de manière éhontée, la réputation de M. Abdalilah Benkirane, Chef du Gouvernement Marocain.

 

Un peu partout, il est écrit que le Chef du Gouvernement serait intervenu en personne pour trouver un job, à l’une de ses cousines. Alors que si on lit attentivement le papier du Journal qui a déclenché l’affaire, on s’aperçoit que la jeune fille en question était reçue par concours !

 

Par ailleurs, il importe de signaler que cette même presse n’hésite pas à faire étalage de ses critiques acerbes focalisées, sans répit, sur les actions engagées et engageantes de la nouvelle équipe gouvernementale du Maroc.

 

Arrêtons donc de traîner M.Benkirane dans la boue, en insinuant qu’après une huitaine de mois passés aux commandes de la gestion des affaires, il n’aurait concrètement réalisé aucun des projets sociétaux de développement préalablement promis à l’électorat !

 

Un peu de respect, Haram Alikoum ! Non seulement, on le traite de petite bitte, mais aussi de goujat ! Certes, la société marocaine n’a ménagé et ne ménagera pas le moindre effort pour conquérir et défendre ses libertés longuement bafouées dont le droit à l’expression et à la pensée ; néanmoins, il serait aisé de constater le flux de critiques virulentes qui ne cessent de s’acharner sur l’expérience d’une alternance ayant grandement besoin de l’appui, du soutien, et surtout de la compréhension responsable des forces vives de la nation.

 

Non, Messieurs les journalistes, quand Benkirane honore sa fonction de Chef du gouvernement, la première année doit être considérée comme  un avant-goût des préliminaires. Quand à vous, Messieurs les responsables de ce que j’appellerais des médias, sachez que votre pudibonderie n’est pas de mise. Quand on a  élu deux fois de suite un certain surnommé Bill Clinton, ou des personnalités politiques nationales                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                          on ne joue pas les chochottes !

 

Et Benkirane, lui, au moins ; il n’a pas besoin d’utiliser un cigare pour arriver à ses fins. Le french lover ne saurait s’encombrer d’accessoires quand il dépense ses bienfaits.

Les amateurs de la politique politicienne pourraient facilement se substituer au peuple. Comme  l’a fait remarquer l’intéressé lui-même, avec beaucoup d’élégance : « Si vous me voyez de temps en temps de mauvaise humeur, c’est simplement parce que je viens de connaître un incident « conjugal », ni plus, ni moins.

 

Personnellement, j’adhère totalement à la formule admirable inventée par mon collègue humoriste amateur ; je vous laisse la déguster : « Benkirane est trop doué pour le bonheur. »

 

En français, ça veut dire que c’est un énorme queutard ! En arabe dialectal, ça veut dire kafez ma ichamtou hadd. Ce que tous les journalistes politiques de la place Bourgogne à Rabat Agdal et du café des journalistes à Oujda, se répètent entre eux depuis des années, mais comme toujours, avec cette merveilleuse corporation, ça reste dans la famille.

 

On évite d’en faire profiter ces gros ploucs de certains lecteurs malintentionnés, subissant le fardeau des préjugés et des présupposés qui salissent tout ce qu’ils touchent de leurs yeux globuleux et bovins de pauv’blaireaux qui n’ont pas fait Sciences Po, ou Sciences de l’Education ou Sciences dela Communication, et qui n’ont jamais tutoyé un ministre.

 

Moi, je dis que les Marocains ont le droit de savoir qui sont vraiment leurs dirigeants, y compris dans le cadre de leur vie privée. Et maintenant qu’ils savent pour Mohammed Morsi, je ne serais pas étonné que SSi Abdalilah Benkirane soit réélu triomphalement aux législatives de 2017 !

 

Pour celles et ceux qui gaspillent leur temps à calomnier leurs prochains, et par la même occasion à se permettre sournoisement, méchamment, de s’attaquer vulgairement  à d’honorables personnalités sociopolitiques chargées de  rudes et de dures missions, au service de la société, dans son intégralité, je leur souffle simplement à l’oreille ce qu’ils ne devraient jamais oublier :Avec l’avènement de la nouvelle génération d’équipes gouvernementales, les Marocains ont fermement décidé d’opérer une rupture profonde et irréversible avec toutes les pratiques des temps révolus.

 

Ce ne sont sans doute pas des jacasseries de pies ou des ruades de mules entêtées qui risquent de faire fléchir la volonté et la résistance de l’équipe gouvernementale militante et patriotique actuelle. Car ce n’est point des muscles que naît la force de créer et de résister ; elle jaillit des esprits et des cœurs…  !

DE VIVE VOIX : Mohammed Essahlaoui

Laisser un commentaire